LES CRAMÉS DE LA BOBINE

Une Tempête

lundi 10 septembre 2018 par Marie-Annick
Une Tempête

Réunie sur une petite île pour célébrer les cinquante ans de mariage de Petro et Alba, la famille est contrainte de cohabiter pendant deux jours et deux nuits à cause d’une tempête. Cette cohabitation forcée va raviver les vieux conflits et faire tomber les masques.
Pour parler de la famille, Gabriele Muccino construit son film sur le principe d’une tempête qui sera aussi bien météorologique que relationnelle. Au début il fait beau et tout le monde est content de se retrouver, puis le vent se lève comme les petites tensions ; enfin l’orage éclate à l’instar des conflits qui vont enflammer la villa.
« la vie n’est jamais un long fleuve tranquille » et dans ce film choral où les personnages sont nombreux, le réalisateur affiche sans grande finesse, la problématique qui fissure chaque couple. Enfermé dans son fonctionnement, aucun personnage ne tirera la leçon qui s’impose. Après s’être embrassé, engueulé, réconcilié, après avoir pleuré et chanté, chacun repart. Bref, tout va bien dans ces vies imparfaites. Après la tempête, chacun s’empresse de remettre le masque qui lui permet de vivre dans la même illusion.
Dans trois de ses films précédents, Gabriele Muccino abordait déjà les failles et les dysfonctionnements au sein des couples. D’abord avec « Juste un baiser », un film qui lui a valu la notoriété en remportant cinq Davide Di Donatello ( équivalent des césars français). Le réalisateur y parle de la crise des couples après quelques années de vie commune, au travers de cinq trentenaires divisés entre amour, haine et désillusion. Dans « Souviens-toi de moi », il décrit une famille en pleine crise où chacun rêve d’une vie meilleure. Et dans « A la recherche du bonheur », c’est la vie d’un couple qui est profondément affectée par la situation financière précaire du mari.
Avec ce dernier film « Une famille italienne », le réalisateur semble poser un regard désabusé sur ces vies de couples imparfaites. Au début de la relation amoureuse tout est beau, ensuite ça se gâte beaucoup. On se sépare ou on continue vaille que vaille, jusqu’à la vieillesse qui permettrait d’accéder à un peu plus de sérénité. Pas vraiment optimiste, la comédie italienne selon Muccino.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 20 / 234886

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Tous les films que nous avons programmés  Suivre la vie du site Une famille italienne   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License