LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Les films que nous avons programmés > L’Arbre > L’Arbre

L’Arbre

Articles de cette rubrique


L’Arbre (L’Arbre)

jeudi 9 septembre 2010 par Cramés

FILM PRÉCÉDENT - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - FILM SUIVANT

-  Semaine du 9 au 14 septembre

Soirée-débat mardi 14 septembre à 20h00

Film franco-australien (vostf, 1h40, août 2010) titre original : "The Tree" de Julie Bertuccelli avec Charlotte Gainsbourg, Morgana Davies, Marton Csokas

- Sélection officielle Cannes 2010

- Film de clôture

Synopsis : En Australie, Dawn et Peter vivent heureux avec leurs quatre enfants à l’ombre de leur gigantesque figuier. Lorsque Peter meurt brutalement, chacun, pour continuer à vivre, réagit à sa manière. Simone, la petite fille de 8 ans, croit que son père vit à présent dans l’arbre. Un jour, elle initie Dawn à son secret... Peu à peu Dawn retrouve des forces, un travail. Peut-être un nouvel amour ? La vie reprend mais l’arbre devient envahissant : ses branches, ses racines, et même son peuple de grenouilles et de chauves-souris se lancent à l’assaut de la maison et menacent ses fondations ! Dawn n’a plus le choix : elle doit le faire abattre...

Bande annonce *** Dossier de presse *** Casting *** Journal des débats
BO France : nc



Casting de l’Arbre (L’Arbre)

mercredi 15 septembre 2010 par Bruno

Réalisation : Julie Bertuccelli

Acteurs

Charlotte Gainsbourg : Dawn

Morgana Davies : Simone

Marton Csokas : George

Aden Young : Peter O’Neill

Penne Hackforth-Jones : Mrs Johnson

Gillian Jones : Vonnie

Tom Russell : Lou

Christian Bayers : Tim

Gabriel Gotting : Charlie

Zoe Boe : Megane



L’Arbre (Bande annonce) (L’Arbre)

mardi 31 août 2010 par Cramés


Journal des débats (L’Arbre)

dimanche 26 septembre 2010 par Claude

"L’Arbre", le dernier opus de Julie Bertucelli, projeté en clôture du 63ème festival de Cannes, est le deuxième film proposé dans la nouvelle saison des Cramés : lors de la soirée-débat du 14 septembre animée par Françoise, les spectateurs ont été sensibles à l’imbrication subtile de deux thèmes, le deuil, déjà abordé par la cinéaste avec Depuis qu’Otar est parti et ses secrets de famille, et la nature, incarnée ici par un gigantesque figuier. Cette œuvre poignante, portée par de magnifiques acteurs, parvient sans l’édulcorer à évoquer sans âpreté mais avec une souveraine légèreté la douleur d’une absence, celle du père, terrassé par une crise cardiaque au volant de sa voiture sous les yeux de ses proches au pied de son arbre et au seuil de sa maison, et la difficulté pour chacun, voire l’impossibilité pour certains, comme la petite Simone (Morgana Davies), de faire son deuil et de se reconstruire : si la mère, jouée par une Charlotte Gainsbourg toujours aussi craquante, choisit de regarder devant elle – comme si la grâce adolescente de « l’effrontée » ou de « la petite voleuse » persistait dans la nuque têtue et les longs sourires chavirés de la femme face à l’ouragan ou au nouvel amour – la petite, en revanche, n’accepte ni la mort de son père, ni surtout la renaissance à la vie et à l’amour de sa mère, Dawn. Elle s’enferme dans le mutisme et le refus, se réfugiant dans l’arbre gigantesque, véritable maison où les enfants ont installé une plate-forme pour y vivre, voire y dormir – au point que les ouvriers et l’ami de sa mère, venus couper le figuier envahissant, devront y renoncer et que Dawn, comme infantilisée par sa fille, viendra la rejoindre dans son repaire buté.