LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films que nous avons programmés > Gianni et les femmes > Gianni et les femmes

Gianni et les femmes

Articles de cette rubrique


Gianni et les femmes (Gianni et les femmes)

mardi 4 octobre 2011 par Cramés

Film précédent - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Film suivant

Semaine du 29 septembre au 4 octobre
Soirée-débat mardi 4 octobre à 20h15

horaires

Film italien (vo,1h30, juin 2011) de Gianni Di Gregorio avec Gianni Di Gregorio, Valeria De Franciscis et Alfonso Santagata.

Titre original : Gianni e le donne


Synopsis : Gianni, la soixantaine éclatante, fait preuve d’un dévouement exceptionnel : il est au service de son épouse, femme active débordée, de sa fille adorée, du fiancé de sa fille qui a élu domicile chez lui, et surtout de sa vieille mère, noble déchue qui s’obstine à vivre au-dessus de ses moyens.
Un jour, son ami Alfonso lui ouvre les yeux : tous les hommes de sa génération, malgré leurs airs respectables, ont une maîtresse. Gianni tente alors de changer les choses...
Il y a Gabriella, l’inaccessible, désirée de longue date, Valeria, son merveilleux premier amour, la sublime Cristina, aide à domicile de sa mère, et l’infinité des femmes qui peuplent le monde...
Gianni, tel un vieux moteur qui se remet en marche, fait du boucan, de la fumée, mais peine à passer la seconde.

Bande annonce *** Petite revue du net ***Journal des débats



Journal des débats (Gianni et les femmes)

mardi 11 octobre 2011 par Claude

"Gianni et les femmes" de Gianni di Gregorio est une comédie douce-amère qui, sous sa légèreté apparente, laisse entendre une petite musique mélancolique sur la difficulté (l’incapacité ? ) à séduire pour un homme d’un certain age, dévoué, voire dévoré par les autres, pour un homme timide, craignant de se laisser enfermer dans un amour ou de s’y perdre. Toutes ses tentatives de "drague" semblent vouées à l’échec, comme s’il n’y croyait pas lui-même, et à la fois émouvantes et un peu pitoyables avec son air de Droopy et ses poches XXL sous les yeux : lorsqu’il entreprend valeria, son ancien amour, Cristina, l’aide à domicile de sa mère ou sa jeune voisine dont il promène le chien, il n’obéit pas véritablement à un sentiment, à une urgence intérieure ou à un simple désir mais semble répondre à une injonction amicale, celle de son vieil ami Alfonso : comment peux-tu ainsi te consacrer aux autres sans penser à toi-même, te laisser ignorer par une épouse débordée et peu aimante, accepter la paresse intellectuelle de ta fille, entretenir son fiancé dilettante et surtout te laisser dévorer par cette vieille mère capricieuse, voire tyrannique, noble déchue, habituée à être servie à tout instant, voire en pleine nuit ?

On retrouve ici l’humour décalé et la tendresse diffuse de "L’Après-midi du 15 août", avec l’insupportable et filialement craquante Valeria de Francescis, où Gianni devait également s’occuper des autres au risque de s’oublier et de se perdre dans un altruisme dévorant auprès de ces vieilles dames, dans un "mamie sitting" tendre et hilarant...

Clown triste, à mi-chemin de Tchekhov et d’Ettore Scola ou Pietro Germi, Gianni di Gregorio n’est pas si loin des Alberto Sordi ou Marcello Mastroianni de la grande comédie italienne... En ces temps de frénésie sexuelle berlusconienne, et d’atmosphère "bunga bunga", la mélancolie "grégorienne" vient rappeler la difficulté de nouer une vraie rencontre et de tisser au fil des jours un amour authentique - la peur et le désir d’aimer, de se livrer à l’inconnu familier de l’amour.



Petite revue du net (Gianni et les femmes)

lundi 26 septembre 2011 par Cramés

Snes-Édu (Francis Dubois)

"Le déjeuner du 15 août", le film précédent de Gianni Di Gregorio avait été salué par la critique, suivi par le public et avait remporté en 2009, à la Mostra de Venise, le Prix du meilleur premier film.
"Gianni et les femmes" qui était présent au Festival de Berlin 2011 est un divertissement de qualité qui devrait séduire tout autant les amateurs de comédies légères que le public le plus exigeant.

Lire l’article sur le site du Snes

Télérama (Aurélien Ferenczi)

Son savoureux Déjeuner du 15 août, il y a deux ans, avait ressuscité le plaisir de la comédie italienne à l’ancienne, ironique mais chaleureuse : on y voyait un quinqua nonchalant, forcé de prendre soin d’une mère nonagénaire et de ses vieilles copines capricieuses..

Lire l’article sur le site de Télérama

Le Parisien

"Tant mieux si l’on voit qu’en Italie il y a une autre façon de penser aux femmes", dit d’ailleurs Gianni Di Gregorio. Au final, "Gianni et les femmes" se situe à la lisière du Woody Allen des débuts et des comédies italiennes grinçantes des années 1970. Et il donne envie de souhaiter une longue vie, pleine de films, à ce sacré Gianni…

Lire la suite sur le site du Parisien



Gianni Di Gregorio et ses femmes (Gianni et les femmes)

dimanche 25 septembre 2011 par Bruno

Cette semaine, Les Cramés de la bobine proposent à l’AlTiCiné de Montargis Gianni et les Femmes, comédie italienne de et avec Gianni Di Gregorio. Les séances auront lieu le jeudi 29 septembre à 20H30, mais également le dimanche 2 octobre à 18H, le lundi 3 octobre à 14H et le mardi 4 octobre à 20H15. Cette dernière séance sera suivie d’un débat.

Gianni est un Italien à la retraite, sexagénaire à la forme éclatante mais à la vie routinière un rien écrasante : une femme hyperactive, une fille qui a invité au domicile parental son petit ami, sans oublier une mère envahissante. Dans cet environnement essentiellement féminin, Gianni sent qu’il n’est plus le séducteur qu’il voudrait continuer d’être. Il regarde toujours les femmes mais le remarquent-elles ? Une nouvelle perspective s’offre à lui lorsqu’un ami lui apprend que tous les gens de leur âge ont une maîtresse. Pourquoi pas Gianni ?

Gianni et les Femmes est le deuxième film de Di Gregorio, après le succès du Déjeuner du 15 août que les Cramés de la Bobine avaient proposé l’an dernier à l’AlTiCiné. Le cinéaste confirme son talent. Dans la plus pure tradition des comédies italiennes, il signe une œuvre à la fois légère et sérieuse. À partir d’un sujet trivial, il parle de ses contemporains : du machisme italien, de la libido en panne, de la course – vaine – à la jeunesse. Ne sommes-nous pas dans l’Italie de Berlusconi et de ses "bunga-bungas" ? Ce film est également riche de portraits de femmes : la mama castratrice, l’épouse hyperactive, la fille égoïste, sans oublier ces maîtresses potentielles sur qui Gianni voudrait jeter son dévolu – Gabriella, Cristina ou Valeria.

Une comédie douce-amère, tenant également de l’autofiction, et qui confirme tout le talent d’un "jeune" cinéaste sexagénaire.



"Le Déjeuner du 15 août" : le premier film de Gianni Di Gregorio (Gianni et les femmes)

jeudi 22 septembre 2011 par Bruno

L’an dernier, les Cramés de la Bobine avaient proposé dans le cadre de son "Dimanche Italien" (14 mars 2010) une projection de "Déjeuner du 15 août", le premier film de Gianni Di Gregorio.

Retrouvez ici ce qui avait été dit par les Cramés de la Bobine au sujet de ce film.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 278524

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Tous les films que nous avons programmés  Suivre la vie du site Gianni et les femmes   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License