LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Les films que nous avons programmés > La Guerre est déclarée > La Guerre est déclarée

La Guerre est déclarée

Articles de cette rubrique


La Guerre est déclarée (La Guerre est déclarée)

jeudi 27 octobre 2011 par Cramés

Film précédent - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Film suivant

Semaine du 27 octobre au 1ier novembre

.

Prix du jury au festival Paris Cinéma 2011,
Grand Prix au Festival de Cabourg
Représente la France pour l’Oscar du meilleur film étranger
Soirée-débat mardi 1ier novembre à 20h15

horaires

Film français (1h40, août 2011) de Valérie Donzelli avec Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm et César Desseix.

Synopsis : Un couple, Roméo et Juliette. Un enfant, Adam. Un combat, la maladie. Et surtout, une grande histoire d’amour, la leur...

Petite revue du net *** Bande annonce *** Dossier de presse *** Article de Claude *** journal des débats
BO France : 838000



Petite revue du net pour "La Guerre est déclarée" (La Guerre est déclarée)

samedi 22 octobre 2011 par Cramés

Télérama.fr (Aurélien Ferenczi)

Vous n’avez pas envie de voir un film sur un enfant cancéreux ? Personne n’en a envie. Il se trouve que La guerre est déclarée n’est pas du tout cela. Son titre est explicite : non pas chronique d’une maladie, mais récit méthodique du combat contre elle, et contre le sort, et contre la mort.

Lire la critique complète

(Ariane Beauvillard)

Valérie Donzelli passe son film à tenter, à oser les coupures, les ruptures, les moments de saturation visuelle et sonore, les passages volontairement écrits, les scènes courtes qui font mouche et celles où elle s’attarde un peu plus, laissant coexister une liberté certaine qui n’affiche pas d’obsession de la maîtrise, et un sens évident d’architecte et de conteuse.

Lire la critique complète

(Jacky Goldberg)

C’est d’abord en cela que La guerre est déclarée apparaît miraculeux, dans sa capacité à faire voltiger la pâte autobiographique, à rendre aérien et léger n’importe quel pétrin dramatique.

Lire la critique complète



Un film autobiographique (La Guerre est déclarée)

samedi 22 octobre 2011 par Claude

Un couple, Roméo et Juliette. Un enfant, Adam. Un combat, la maladie. Et surtout, une grande histoire d’amour, la leur...

Second long métrage de l’actrice-réalisatrice Valérie Donzelli, La Guerre est déclarée a été projeté en ouverture de la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2011. Le film, salué par 5 prix et 6 nominations, a aussi remporté le Prix du jury, le Prix du public et le Prix des blogueurs au Festival Paris Cinéma 2011.

Un film autobiographique

Il y a quelques années, Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm ont eu un enfant qui est tombé gravement malade. La Guerre est déclarée s’inspire de cette expérience douloureuse. "La Reine des pommes est un film qui parle d’une rupture et que j’ai fait à un moment où je me sentais déprimée. La Guerre est déclarée participe du même processus : utiliser quelque chose que j’ai vécu de manière triste pour en faire quelque chose de positif. Le film est resté en gestation longtemps au fond de moi et à un moment donné, j’ai compris que c’était le moment de le faire", confie la réalisatrice.

Inclassable

La Guerre est déclarée est un film très difficile à décrire, même pour sa réalisatrice : "Je ne pense pas que ce soit une comédie dramatique, ni un drame ou un mélodrame. Avec le recul, on se dit avec Jérémie Elkaïm que c’est juste un film physique, intense, vivant."

Carnet de bord

Jérémie Elkaïm décrit le processus d’écriture du scénario : "Valérie tenait un journal pendant que nous vivions le combat contre la maladie de notre fils. Il n’est pas donné à tout le monde de vivre des aventures aussi intenses que celle-ci. Les questions de vie et de mort nous poussent à nous révéler héroïques, meilleurs. Nous à l’époque, on l’avait presque vécu comme une chance, un travail. De cette grosse matière informe qu’était le journal, on a essayé de tirer une structure, un peu comme si on voulait adapter au cinéma un livre de correspondances. L’enjeu était de réussir à se décoller des faits, à amener de la fiction. Cela a été rendu possible car toujours on avait cet objectif : se débarrasser du mauvais pour partager le bon."

Tournage

Jérémie Elkaïm raconte le tournage du film : "On était moins de dix sur le plateau, ça force tout le monde à être polyvalent. On avait inventé le concept de techniciens "couteau suisse", dont les différentes lames remplissent plein de fonctions différentes. Être dix sur un plateau, ce n’est pas la même énergie que lorsqu’on est cinquante. Ça autorise tout le monde à dire plus de choses, on est tous dirigé vers le même objectif, ça ne donne pas les mêmes films. On se met presque plus à former une famille qu’à être des professionnels réunis pour faire un film."

L’enfant

Au départ, Valérie Donzelli imaginait prendre l’enfant d’amis pour interpréter Adam, mais elle s’est rendue compte que c’était compliqué. Du coup elle a fait appel à une agence de casting. "On a fait un casting. Quand j’ai rencontré César Desseix, qui joue Adam, ça a été l’évidence. Ses parents ont été très aidants, ils nous ont fait une confiance totale. Ils ne voulaient pas faire jouer leur enfant à la base, mais quand la mère de César a accouché, elle a fait des photos de son enfant et comme elle s’ennuyait, elle a créé un blog pour les y mettre. Du coup, beaucoup d’agences de pub et de casting les ont contactés, mais ils avaient toujours refusé, jusqu’au jour où Karen Hottois, ma directrice de casting les a appelés et leur a raconté l’histoire de La Guerre est déclarée", confie la réalisatrice.

Pas de caméra

La Guerre est déclarée a été tournée à l’aide d’un appareil photo, comme l’explique Valérie Donzelli : "Un appareil photo qui filme, c’est dément parce que personne ne peut soupçonner qu’on fait un film… La mise en scène a été pensée de manière à obtenir le meilleur potentiel de cet appareil. Par exemple, le point étant difficile à faire, alors que j’imaginais au départ un film à l’épaule, on a beaucoup plus découpé et filmé sur pied. Les seuls plans tournés en 35 mm, ce sont les plans de fin, car ils sont au ralenti, et je voulais de beaux ralentis, ce qui est plus difficile à faire avec l’appareil photo".

On va s’aimer

Dans une des scènes de La Guerre est déclarée, Roméo et Juliette se déclarent leur amour en chanson. Selon Valérie Donzelli, "a ce moment-là, la force de ce couple est de se dire à quel point ils s’aiment". Notons que ce procédé avait déjà été utilisé par la réalisatrice dans "La Reine des pommes".

Le montage

Le film étant un vrai mélange des genres, le montage a été très compliqué."On était face à une matière un peu indomptable. C’était une question d’instinct et de dosage subtil, un peu comme de la dentelle. Très vite, une scène ou un plan pouvait tout déséquilibrer", déclare Valérie Donzelli. Comme pour "La Reine des pommes", le montage a été supervisé par Pauline Gaillard.

De la musique

Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm se sont occupés de la musique du film. Ils se sont beaucoup inspirés de leur environnement sonore. "La musique du générique de Radioscopie de Jacques Chancel, composée par Georges Delerue, tout le monde la connaît. Antonio Vivaldi m’a aussi déclenché beaucoup d’envies", confie la réalisatrice.

Décors naturels

Dans un souci de réalisme, une grande partie du film a été tournée en décors naturels, un choix justifié par Valérie Donzelli : "J’avais envie de faire un film très ancré dans la réalité, la vérité de ce qu’est l’hôpital, donc ne pas fabriquer de décors mais tourner dans les vrais hôpitaux. Plus généralement, aucun décor n’a été touché à part l’appartement en travaux et l’appartement de Juliette et Roméo au début. On a pris les lieux tels quels. J’adore l’idée de fabriquer avec le réel."

Un film sans suspense

Dès le début du film, le spectateur sait qu’Adam va survivre, une volonté assumée par Valérie Donzelli : "Jouer sur le suspense de la guérison d’Adam, cela aurait été la prise d’otage absolue du spectateur. Dès le départ, je voulais qu’on sache qu’il va s’en sortir et qu’on s’interroge juste sur ce qui va se passer pour en arriver là. Encore une fois, c’est avant tout l’histoire du couple que le film raconte."

Des prénoms universels

Roméo, Juliette et Adam. Trois noms connus, pour trois personnages universels. Valérie Donzelli raconte pourquoi elle a choisi ces trois prénoms : "Au départ, on ne savait pas comment appeler les amoureux, je voulais juste qu’on puisse d’emblée les identifier comme un couple. Du coup, ils se rencontrent dans une fête, ils ont un coup de foudre, s’étonnent de s’appeler Roméo et Juliette, s’interrogent sur leur destin tragique ensemble… Pour Adam, c’est une autre histoire. Je voulais un prénom très universel. Adam c’est le premier homme, il y a une forme de magie. Et puis c’est un prénom très doux Adam, on ne se lasse pas de l’entendre. C’était important car dans le film, il est souvent prononcé."

Le destin

Un des thèmes principaux du film est celui de la destinée. Valérie Donzelli revient sur le sujet : "Pour moi la vie est une succession d’épreuves à surmonter, plus ou moins lourdes, plus ou moins malheureuses ou heureuses. Et peu à peu, on gravit la montagne. Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Adam est le fruit de l’amour entre Roméo et Juliette, pourquoi est-ce à lui qu’arrive cette maladie ? Quand Roméo pose la question à Juliette, elle lui répond : "Parce qu’on est capable de surmonter ça." L’épreuve prend alors presque une dimension mystique, ce n’est plus une question de malchance ou d’injustice."



La Guerre est déclarée (bande annonce) (La Guerre est déclarée)

mercredi 21 septembre 2011 par Cramés


La Guerre est déclarée (journal des débats) (La Guerre est déclarée)

lundi 31 octobre 2011 par Claude

"La Guerre est déclarée" : voilà un titre suprenant pour une comédie dramatique, un film intimiste et curieusement décalé sur un couple de parents face à la maladie de leur enfant, une fausse piste tragique ou pathétique pour un traitement paradoxalement léger de la terrible maladie : oui, c’est bien la guerre pourtant que livrent Roméo et Juliette pour sauver Adam, une commotion à leur échelle et contre leur bonheur insolent aussi forte que l’intervention américaine en Irak en 2003 dont la nouvelle est captée par le père à la radio.
Le film de Valérie Donzelli et Jérémie Elkaim a connu un véritable triomphe à Cannes et depuis ne cesse de remplir les salles, réconciliant miraculeusement cinéphiles et grand public. Des critiques de presse et des spectateurs toutefois se disent gênés par le parti-pris de montrer dès le début la victoire sur la maladie, supprimant ainsi tout suspense, de centrer l’intrigue sur le couple et l’amour et non sur l’enfant malade, de nous montrer des bobos trentenaires un peu caricaturaux, dansant, s’embrassant sur la bouche dans des fêtes branchées, entourés d’une famille unie, généreuse quoique tenue à distance, avec des beaux-parents coincés d’un côté, une belle-mère lesbienne de l’autre...



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 318812

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les films que nous avons programmés  Suivre la vie du site La Guerre est déclarée   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License