LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > Calvary > Calvary

Calvary

Articles de cette rubrique



Fiche
(Calvary)

vendredi 12 décembre 2014 par Cramés

Film précédent - - - - — - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - — - - - Film suivant

Semaine du 1er au 6 janvier 2015
Soirée-débat mardi 6 janvier
Nominé au European Film Awards et au Festival de Sundance

Présenté par Jean-Pierre Robert

Film britannique (vo, novembre 2014, 1h45) de John Michael McDonagh avec Brendan Gleeson, Chris O’Dowd et Kelly Reilly

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

La vie du père James est brusquement bouleversée par la confession d’un mystérieux membre de sa paroisse, qui menace de le tuer. Alors qu’il s’efforce de continuer à s’occuper de sa fille et d’aider ses paroissiens à résoudre leurs problèmes, le prêtre sent l’étau se refermer inexorablement sur lui, sans savoir s’il aura le courage d’affronter le calvaire très personnel qui l’attend…

*** Bande annonce *** Horaires


Présentation (Calvary)

lundi 29 décembre 2014 par Jean-Pierre

Le réalisateur

Le réalisateur John Michael McDonagh est né à Londres en 1970 de parents Irlandais, 45 ans.
Peu d’informations sur lui. Quitte l’école à 16 ans, s’assume seul avec son frère Martin, a une adolescence difficile puisqu’il connait la prison où il tyrannise les autres, vit de petits boulots (pâtissier).

En 2000 réalise un court métrage : The Second Death
Est remarqué en 2003 pour le scénario de Ned Kelly, biopic d’un justicier héros australien. Ensuite rien jusqu’en 2011, année de son premier long métrage : L’Irlandais (histoire d’un flic de village irlandais paisible brutalement confronté à un trafic de drogue international et au FBI qui débarque dans son village… des méthodes bien différentes et bien sûr le flic de village l’emporte sur le FBI). Film remarqué et récompensé à Dinard, Berlin et en Irlande.
Calvary est donc son second long métrage.
Son frère Martin est dramaturge et également scénariste réalisateur d’un long métrage « Bons baisers de Bruges ».
Dans ces films on trouve leur acteur fétiche Brendan Gleeson.

Les acteurs :

- Brendan Gleeson 59 ans , né en 1955 à Dublin. Professeur d’anglais et de gaëlique pendant 10 ans, passionné de littérature il devient acteur de théâtre, joue Beckett. Ensuite il fréquente la Royal Academy of Dramatic Art, joue à la Royal Shakespeare Company de Stratford on Avon. Il devient acteur à 35 ans, commence par quelques téléfilms et petits rôles et perce dans Braveheart de Mel Gibson. Son physique l’amène à jouer des rôles de gangster, de personnages autoritaires sympathiques ou rustres dans des fresques épiques (Kingdom oh heaven de R. Scott en 2005. On le trouve également dans Harry Potter. Et en 2011 dans l’Irlandais de Mc Donagh. Au total 71 films et séries.

- Chris O’Dowd 35 ans, irlandais. Après des études à Sciences Po il se dirige ensuite vers la comédie et fait des études à Londres à l’académie de musique et arts dramatiques. Il débute au cinéma en 2003 et joue aussi au théâtre. Il compte 23 films et séries. Nous l’avons vu en 2013 dans « The saphirs ».
Kelly Reilly, 37 ans, britannique. Actrice de théâtre, téléfilms et films. 33 au total. A joué dans les films de Cédric Klapisch : Auberge espagnole, les poupées russes, Casse tête chinois.
Musique de Patrick Cassidy

L’histoire :

Irlande, un village isolé. Ayant prêté serment depuis le décès de sa femme, le père James s’est donné pour mission d’aider sa communauté, en proie à tous les démons de l’âme humaine. Jusqu’au jour où lors d’une confession, un homme, tourmenté par les abus sexuels que lui a fait subir un prêtre dans son enfance, lui annonce qu’il le tuera dans une semaine, afin d’assouvir son désir de vengeance…

Si le calvaire est un monument représentant la mort du Christ c’est aussi une période d’intense questionnement personnel et de souffrance morale que va vivre le père James à la recherche de son futur assassin. Prêtre veuf, ancien alcoolique, père d’une fille il porte un regard désabusé mais bienveillant sur ses paroissiens.
Occasion pour le cinéaste de montrer la place de la religion dans la société irlandaise actuelle. Religion en perte de vitesse dans un pays qui paie un lourd tribut en matière de scandales religieux à caractère sexuel. Cependant il garde de l’affection pour la religion qui lui semble être une source de réconfort pour des individus fragiles.

McDonagh construit son film en 5 parties en utilisant la théorie de la psychiatre Elisabeth Kübler : les 5 étapes de la théorie du deuil : le déni, la colère, le marchandage, la dépression, l’acceptation.
(Selon Elisabeth Kübler-Ross (1969), après un diagnostic de maladie terminale, on observe « cinq phases du deuil » (Five Stages of Grief). Kübler-Ross a initialement appliqué ces étapes à toute forme de perte catastrophique (emploi, revenu, liberté). Cela comprend également la mort d’un être cher, le divorce, la toxicomanie, ou l’infertilité.
- 1. Déni (Denial). Exemple : « Ce n’est pas possible, ils ont dû se tromper. »
- 2. Colère (Anger). Exemple : « Pourquoi moi et pas un autre ? Ce n’est pas juste ! »
- 3. Marchandage (Bargaining). Exemple : « Laissez-moi vivre pour voir mes enfants diplômés. », « Je ferai ce que vous voudrez, faites-moi vivre quelques années de plus. »
- 4. Dépression (Depression). Exemple : « Je suis si triste, pourquoi se préoccuper de quoi que ce soit ? », « Je vais mourir… Et alors ? »
- 5. Acceptation (Acceptance). Exemple : « Maintenant, je suis prêt, j’attends mon dernier souffle avec sérénité. »)



Bande_annonce (Calvary)

vendredi 12 décembre 2014 par Cramés