LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > Mon Amie Victoria > Mon Amie Victoria

Mon Amie Victoria

Articles de cette rubrique



Fiche
(Mon Amie Victoria)

samedi 17 janvier 2015 par Cramés

Film précédent - - - - — - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - — - - - Film suivant

Semaine du 19 au 24 février 2015
Soirée-débat mardi 24 février

Présenté par Laurence Guyon
Film français (décembre 2014, 1h35) de Jean-Paul Civeyrac avec Guslagie Malanda, Nadia Moussa, Catherine Mouchet et Pascal Greggory

Synopsis : Victoria, fillette noire de milieu modeste, n’a jamais oublié la nuit passée dans une famille bourgeoise, à Paris, chez le petit Thomas.
Des années plus tard, elle croise de nouveau celui-ci. De leur brève aventure naît Marie. Mais Victoria attend sept ans avant de révéler l¹existence de l¹enfant à Thomas et à sa famille.
Sous le charme de la petite fille, ils lui proposent alors de l’accueillir régulièrement.
Peu à peu, Victoria mesure les conséquences de cette générosité.

Dossier de presse *** *** Article de Laurence *** Bande annonce *** Horaires


Racisme sournois et hypocrisie sociale (Mon Amie Victoria)

vendredi 20 février 2015 par Laurence

Jean-Paul Civeyrac est un réalisateur français né en 1964. Après une maîtrise de philosophie, il entre à la FEMIS et en ressort diplômé en 1991 avec le court-métrage La vie selon Luc en compétition au Festival de Cannes. Il a réalisé plusieurs longs-métrages primés et remarqués : Ni d’Eve, ni d’Adam en 1996, Fantômes, Grand Prix du Jury à Belfort en 2001, Toutes ces belles promesses, Prix Jean Vigo 2003 et Des filles en noir présenté à Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs en 2010.
Mon amie Victoria, son huitième long-métrage, est adapté d’une nouvelle de Doris Lessing, Prix Nobel de Littérature. C’est le récit de la vie de Victoria, petite fille noire, fréquentant l’école du quartier dans l’est parisien. Elle vit chez sa tante. Nous la suivons de l’enfance à l’âge adulte, de la jeune fille à la mère de famille marquée par un événement déterminant vécu à l’âge de huit ans : une nuit passée dans le magnifique et grand appartement des parents de Thomas, un camarade de classe…
Le cinéaste reprend de manière subtile les thèmes chers à Doris Lessing : le racisme sournois et l’hypocrisie sociale.
Jean-Paul Civeyrac réalise avec ce film une œuvre délicate, sensible, romanesque et sans manichéisme.



Bande_annonce (Mon Amie Victoria)

samedi 17 janvier 2015 par Cramés