LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > Lamb > Lamb

Lamb

Articles de cette rubrique



Lamb : fiche
(Lamb)

vendredi 16 octobre 2015 par Cramés
Film précédentFilm suivant

Nominé au Festival de Cannes en 2015
Semaine du 5 au 10 novembre 2015
Soirée-débat mardi 10 à 20h30


Présenté par Laurence Guyon
Film éthiopien (vo, septembre 2015, 1h34) de Yared Zeleke avec Rediat Amare, Kidist Siyum et Welela Assefa

PREMIER LONG MÉTRAGE
Synopsis : Ephraïm, un garçon de neuf ans, vit avec sa brebis Chuni dans les terres volcaniques d’Éthiopie. Lorsque sa mère meurt lors d’une famine, son père l‘envoie, accompagné de sa brebis, chez des parents éloignés dans une région plus verte du pays, loin de leur terre natale dévastée par la sécheresse. Dans ce nouvel environnement, Ephraïm a le mal du pays. Son oncle lui ordonne d’abattre sa brebis pour une fête à venir. Il élabore alors un stratagème pour sauver Chuni et retourner chez lui.

Dossier de presse *** Présentation de Laurence *** Bande annonce *** Horaires


Premier long-métrage de Yared Zeleke (Lamb)

mercredi 11 novembre 2015 par Laurence

Lamb est un film éthiopien et français sorti en salles le 30 septembre 2015. Il a été réalisé par Yared Zeleke. La chef opératrice, Josée Deshaies a travaillé sur de nombreux films et particulièrement sur ceux de son compagnon Bertrand Bonello (L’Appollonide, St Laurent…).
Lamb a été présenté au Festival de Cannes dans la catégorie Un certain regard. Il a également été primé à Milan et présenté au Festival de Toronto.
Ce film est le premier long-métrage de Yared Zeleke, il a bénéficié de nombreuses aides financières parmi lesquelles une aide européenne et celle de la Cinéfondation (créée en 1998 par Gilles Jacob, la sélection se fait sur script).
Les acteurs sont pour la plupart non professionnels. Ils jouent en langue amharique.

Le réalisateur :

Yared Zeleke est né en Ethiopie en 1978. Il a été élevé par des femmes qui avaient de fortes personnalités, notamment sa grand-mère. Son père, soupçonné en raison de ses relations avec des personnalités d’origine étrangère a été emprisonné puis il a réussi à s’enfuir aux Etats-Unis. Il le rejoindra plus tard, à l’adolescence. Après des études d’agro-économie à Washington, il s’engage dans des ONG mais, après un séjour en Norvège, il réalise qu’il ne souhaite pas être un expert en agriculture toute sa vie. Ce qu’il aime, c’est raconter des histoires. Il repart aux États-Unis et reprend des études de cinéma, section écriture et réalisation à la New-York University.
Il réalise ensuite plusieurs courts-métrages documentaires et de fiction. Il a travaillé sur le film Hip-hop, le monde est à vous du réalisateur Josua Little (nombreux prix).
En Éthiopie, il tourne des documentaires pour l’ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel) mettant ainsi en pratique ses connaissances cinématographiques et scientifiques.
Lamb est son premier long-métrage de fiction.

Le cinéma éthiopien :

L’Ethiopie est le premier pays africain à introduire le cinéma sur son sol : en 1896, l’empereur Ménélik II importe le premier projecteur pour regarder un film sur les miracles de Jésus. Un an plus tard, il fait construire la première salle de cinéma. Actuellement, il y en a surtout en milieu urbain et les spectateurs apprécient les blockbusters, les films de Bollywood mais aussi ceux de leur pays.
Actuellement, il y a du nouveau dans la création : A Addis-Abeba, l’association Alatinos regroupe 600 membres dont la moitié de femmes (cinéastes, comédiens, techniciens, tous très jeunes). Elle est le pendant de l’Association des Réalisateurs éthiopiens, tenante de la tradition et du 35 mm (Études à Cuba et en Russie). Il a été difficile de faire accepter la vidéo qui permet à tous de faire des films peu chers.
Il existe aussi à Addis Abeba un Festival de courts-métrages très fréquenté et une école de cinéma, la Blue Nile Academy (moyens limités).
Chaque année, une cinquantaine de films sont produits en Éthiopie mais ne sortent que très peu du pays en raison de la barrière de la langue.
Signalons la sortie en France cet été de Difret de Zeresenay Mehari , long-métrage de fiction qui met en scène une histoire vraie de lycéenne de 14 ans kidnappée par son futur époux et le combat de son avocate, pionnière du droit des femmes en Ethiopie.

Les thèmes du film et le débat :

L’Éthiopie : Elle est située en Afrique de l’Est (Corne de l’Afrique), a une superficie d’environ deux fois la France, 94 millions d’habitants et est considérée comme l’un des pays les plus pauvres du monde malgré une croissance économique importante. La langue officielle est l’amharique mais il y a 83 langues. L’anglais est parlé dans le monde des affaires et du tourisme. L’Éthiopie est un pays laïque où de nombreuses croyances coexistent : les Chrétiens orthodoxes (majoritaires), les Musulmans (sunnites, nombreux soufis), les Animistes. Il y avait des Juifs falashas qui ont émigré en Israël.

La genèse du film :

Un film semi-autobiographique : Le réalisateur dédie son film à sa grand-mère qui l’a élevé avant son départ à l’étranger. Il a lui aussi vécu l’absence de père, comme Ephraïm ; il aimait beaucoup faire la cuisine.
Les acteurs : Ils étaient pour la plupart amateurs. Il leur a demandé de reconstituer des scènes de leur vie quotidienne comme boire le thé avec les membres de la communauté. Ils étaient impressionnés par le dispositif du plateau de cinéma, les animaux les ont parfois agressés mais tout est rentré dans l’ordre.
Le message politique : Le réalisateur évoque la question du réchauffement climatique, crucial pour les fermiers éthiopiens (85% des Éthiopiens). Contrairement à une idée fausse, l’Éthiopie n’est pas un désert comme nous le voyons dans le film. La déforestation a été massive, les exportations augmentent le PIB mais ce sont des vivres en moins pour les habitants. Il traite également de la place des femmes et de la lutte pour l’éducation des jeunes filles (le personnage de Tsion).
Le passage à l’âge adulte : quand Ephraïm laisse sa liberté à Chuni, renonce à son départ et offre le repas de fête.
Lamb, film en apparence très simple, visible par des enfants à partir de 9 ans a beaucoup plu à nos spectateurs et a suscité un débat très riche. L’un d’eux a vécu en Éthiopie au moment de la naissance du réalisateur et a témoigné de la grande diversité des paysages, des différentes religions, et nous a entretenus sur les difficultés liées aux guerres.

Sources :

Ça tourne à Addis-Abeba (Jeune Afrique)
Rencontre avec le réalisateur
Chronologie


Bande annonce (Lamb)

jeudi 15 octobre 2015 par Cramés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 179716

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Tous les films  Suivre la vie du site Lamb   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License