LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > Au-delà des montagnes > Au-delà des montagnes

Au-delà des montagnes

Articles de cette rubrique



Fiche
(Au-delà des montagnes)

jeudi 4 février 2016 par Cramés
Film précédentFilm suivant

8 nominations au Festival de cannes 2015
Semaine du 3 au 8 mars 2016
Soirée-débat mardi 8 à 20h30


Présenté par Léo Brient
Film chinois (vo, décembre 2015, 2h06) de Zhang-ke Jia avec Zhao Tao, Zhang Yi et Jing Dong Liang

Synopsis : Chine, fin 1999. Tao, une jeune fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d’une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar. Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin.

article de Léo *** Dossier de presse *** Bande annonce *** Horaires


Life is Peaceful There (Au-delà des montagnes)

mercredi 9 mars 2016 par Léo

Après le pessimisme manifeste de A Touch of Sin, prix du scénario au Festival de Cannes de 2013, où les effusions de sang se faisaient vecteur de la seule liberté possible dans une société chinoise à l’actualité de plus en plus violente, Jia Zhangke était de retour l’année dernière sur la croisette pour présenter son dernier film : Au-delà des Montagnes.

C’est avec une ambition certaine mais toujours marquée par l’humilité qu’on lui connait, que Jia Zhangke nous livre cette épopée de vingt-cinq ans, jonglant encore une fois entre désillusions et nostalgie du passé. Mais là où le réalisateur chinois se veut porteur d’une vision à la fois moderne et rétrospective sur son pays et donc sur sa propre filmographie, il prend cette fois le pari de sortir des carcans auxquels il nous avait habitué pour se faire l’oracle d’un avenir en constant déclin sous le regard amusé de la globalisation.

Le film débute au rythme du célèbre Go West des Pet Shop Boys. Groupe emblématique de l’Eurobeat, c’est bien sous le signe du changement et d’une ouverture sur le monde que le peuple chinois accueille à bras ouverts le XXIème siècle. De retour à Fenyang, les « montagnes » natales du réalisateur, où il avait tourné ses premiers films, Xiao Wu et Platform, le spectateur suit la jeune Tao. Personnage candide qui subit, un peu malgré elle, un triangle amoureux dont elle est l’objet : Tao doit choisir entre Jinsheng, patron qui ne jure que par l’argent, et Liangzi, ouvrier de modeste condition travaillant dans une mine.

Postulat de base éculé au possible, c’est pourtant ce petit enjeu amoureux qui se veut le reflet d’une Chine à l’essor économique grandissant. Ainsi, c’est une réalité sociale bien plus importante qui se dessine sous nos yeux : lutte des classes à peine dissimulée, c’est bien le capitalisme que Tao fait triompher en épousant Jinsheng. Mais toute cette histoire n’était en fait qu’une petite introduction de quarante-cinq minutes avant que le titre du film apparaisse à l’écran, car c’est bien à partir de ce moment que s’amorce, pour Jia Zhangke, le contexte actuel de son pays. Une introduction qui se clôt sur le nom de leur fils : Dollar. Nom ô combien caricatural pourtant bel et bien révélateur de cette nouvelle obsession autour de laquelle va graviter l’histoire.

Cloisonnée entre le passé et le futur, la partie centrale du film se veut ancrée dans le présent. Nous retrouvons Tao, femme accomplie désormais, que les libertés illusoires du capitalisme ont astreint à un état d’impuissance perpétuel, à l’image des protagonistes du précèdent Still Life (2006). Alarmant constat d’une réalité qui se veut de plus en plus universelle, la Rupture avec un grand R devient le mot d’ordre implacable : rupture avec le mari, rupture avec le fils qui lui a été enlevé, rupture avec la tradition, rupture avec la langue. C’est avec la même impuissance que le spectateur entrevoit la suite et assiste à l’effondrement du monde de Tao, dont la mort du père marque le point de non-retour. Mais Jia Zhangke ne dénonce jamais : il montre simplement, car c’est inévitable.

Alors qu’à la musique pop a succédé la mélodie parcimonieuse d’un piano, la langueur des personnages n’est jamais pesante, elle est au contraire synonyme d’amour, un sentiment d’amour immuable et indicible entre une mère et son fils qui durera pour toujours, le temps de quelques jours...

En l’an 2025. L’utopie chinoise s’est exporté dans une Australie impersonnelle et impassible. Comme sous le joug de l’anglais et sur une terre qui n’est plus la leur, les chinois doivent réapprendre leur propre culture, réduite à une théorie distancière, loin de la transmission familiale et traditionnelle. Pour preuve, Dollar ne se rappelle plus du nom de sa mère ; le retour en arrière semble maintenant impossible : à privilégier le développement de l’économie et des avancées technologiques, c’est inéluctablement la culture et ses valeurs intrinsèques qui ont été sacrifiées. Cette partie, prise comme telle, est sûrement la plus banale car elle se fond parfaitement dans la logique des évènements auxquels le réalisateur nous préparait depuis le début. Ainsi, le présent tel que nous le dépeint le réalisateur doit être une prise de conscience pour éviter de plonger dans ce futur privé d’identité, où l’aspect plastique et « faux », trouve sa corrélation dans une mise en scène classique et finalement peu intéressante, à l’image de cette nouvelle époque.

Il neige. L’hiver sonne le glas du film. Dollar hésite, viendra-t-il rendre visite à sa mère qu’il n’a pas vu depuis près de treize ans ? Le spectateur attend. Il attend quelque chose qui n’arrivera pas ; tandis qu’apaisée, Tao danse entre les flocons « au rythme du célèbre Go West des Pet Shop Boys », dans un tendre élan de nostalgie.



Bande annonce (Au-delà des montagnes)

jeudi 4 février 2016 par Cramés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 179578

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Tous les films  Suivre la vie du site Au-delà des montagnes   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License