LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > L’Horloger de Saint Paul > L’Horloger de Saint Paul

L’Horloger de Saint Paul

Articles de cette rubrique



Fiche
(L’Horloger de Saint Paul)

dimanche 13 novembre 2016 par Cramés
Film précédentFilm suivant
Rétrospective Tavernier


Prix Louis Delluc 1973 et Grand Prix à Berlin en 1974

Samedi 3 décembre 2015 à 14h
Présenté par Thomas Pillard
universitaire


Janvier 1974 (1h45) avec Philippe Noiret, Jean Rochefort, Jacques Denis et Christine Pascal
Scénario Bertrand Tavernier, Jean Aurenche et Pierre Bost
D’après le roman de Georges Simenon "L’Horloger d’Everton"
Musique de Philippe Sarde}

Synopsis : Abandonné par sa femme, Michel Descombes, horloger à Lyon, élève seul son fils, Bernard. Un jour, la police vient faire une perquisition à son domicile. Surpris, le père apprend que son fils est en fuite avec sa compagne car il a tué un des gardiens d’une usine. Michel se rend alors à l’évidence, il ne connaît pas vraiment Bernard. Lorsque ce dernier se fait arrêter, Mr Descombes met tout en œuvre pour créer une véritable relation avec lui.

Article de Laurence *** Bande annonce *** Horaires


Tavernier entre par la grande porte (L’Horloger de Saint Paul)

samedi 19 novembre 2016 par Laurence

L’horloger de Saint Paul est adapté du roman de Simenon L’horloger d’Everton. C’est le premier long-métrage de Bertrand Tavernier. L’action du roman se situait aux Etats-Unis, Tavernier l’a transposée à Lyon, sa ville natale. Le personnage de Michel Descombes était écrit pour Philippe Noiret qu’il avait remarqué dans Thérèse Desqueyroux de Georges Franju. Pour le rôle du Commissaire, il voulait François Périer qui n’était pas disponible, il sera incarné par Jean Rochefort.
Auparavant Tavernier avait écrit dans diverses revues de cinéma, exercé le métier d’attaché de presse, publié un livre cosigné avec Jean-Pierre Coursodon Trente ans de cinéma américain et débuté dans la réalisation pour des films collectifs. Mais, le plus étonnant, à l’époque, est d’avoir choisi Pierre Bost et Jean Aurenche comme coscénaristes. Ces deux auteurs étaient méprisés par les réalisateurs de La Nouvelle Vague, considérés comme passéistes, trop académiques, or Tavernier, en grand cinéphile connaissait leurs qualités d’écriture et notamment leur expertise dans la caractérisation des personnages.
Le film sera récompensé du Prix Louis Delluc 1974 et du Grand Prix au Festival de Berlin. Ce sera une belle revanche pour Tavernier qui avait eu beaucoup de difficultés pour trouver un producteur.
Philippe Noiret fera huit films avec Tavernier, tous de grands succès et le réalisateur travaillera de nouveau avec Aurenche et Bost ou s’inspirera de leur œuvre : Le juge et l’assassin, Coup de torchon, Un dimanche à la campagne, Que la fête commence, Laissez-passer.



Bande annonce (L’Horloger de Saint Paul)

lundi 7 novembre 2016 par Cramés