LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films > Adieu Mandalay > Adieu Mandalay

Adieu Mandalay

Articles de cette rubrique



Fiche
(Adieu Mandalay)

jeudi 18 mai 2017 par Cramés
Film précédentFilm suivant

Grand Prix au Festival International du Film d’Amiens
Du 7 au 13 juin 2017
Soirée-débat mardi 13 à 20h30


Présenté par Laurence Guyon

Film birman (vo, mai 2017, 1h43) de Midi Z avec Kai Ko, Wu Ke-Xi, Wang Shin-Hong
Distributeur : Les Acacias

Synopsis : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Liangqing et Guo, deux jeunes birmans, émigrent clandestinement en Thaïlande. Tandis que Liangqing trouve un emploi de plonge dans un restaurant de Bangkok, Guo est embauché dans une usine textile. Sans papiers, leur quotidien est plus que précaire et le jeune couple ne partage pas les mêmes ambitions : si Guo veut gagner assez d’argent pour retourner en Birmanie, Liangqing est prête à tout pour obtenir un visa de travail et échapper à sa condition.

Article de Laurence *** Dossier de presse *** Bande annonce *** Blog


Le monde réel est parfois plus dramatiques que le cinéma (Adieu Mandalay)

vendredi 9 juin 2017 par Laurence

Adieu Mandalay est le quatrième long-métrage de Midi Z. Ce jeune réalisateur né en 1982 trace le portrait de son pays d’origine, la Birmanie, à travers ses films. L’émigration de masse avec Return to Burma] en 2011, la toxicomanie avec Ice Poison qui représentait Taïwan pour l’Oscar du Meilleur Film Etranger en 2014 et les exploitations minières clandestines avec le documentaire City of jade en 2016. Adieu Mandalay a été sélectionné et primé dans de nombreux festivals.

Pour les Birmans, la Thaïlande apparaît comme un Eldorado. Evidemment, il n’en est rien. Le frère et la sœur du réalisateur ont eux-mêmes émigré en Thaïlande et aidé ainsi la famille restée en Birmanie. C’est grâce à eux que Midi Z a pu faire des études de cinéma à Taïwan. Quand il est passé les saluer à Bangkok, il a vu et compris les difficultés matérielles et les souffrances morales de ces déracinés.

Selon Midi Z, pour les Birmans, « l’’histoire d’Adieu Mandalay est d’une totale banalité. Les histoires vraies du monde réel sont parfois plus dramatiques que les films, bien plus cruelles, bien plus violentes ».



Bande annonce (Adieu Mandalay)

jeudi 18 mai 2017 par Cramés