LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Tous les films que nous avons programmés > Coeurs purs > Coeurs purs

Coeurs purs

Articles de cette rubrique



Fiche
(Coeurs purs )

jeudi 20 septembre 2018 par Cramés
Film précédentFilm suivant

Week-End cinéma italien contemporain 29 et 30 septembre 2018
Nominé au Festival de Cannes
Prix Jean Renoir des lycéens


Pour agrandir cliquer sur l’image

Présenté et animé par Jean-Claude Mirabella, universitaire spécialiste du cinéma italien
Dimanche 30 septembre 2018 à 20h30

Film (vo, janvier 2018, 1h55) de Roberto De Paolis avec Selene Caramazza, Simone Liberati et Barbora Bobulova

Distributeur : UFO Distribution
Titre original Cuori Puri

Synopsis : Agnese et Stefano vivent à Rome dans deux mondes que tout oppose. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols occasionnels, et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Quand ils se rencontrent, se dessine l’espoir d’une nouvelle vie…

Article de Georges ***Dossier de presse *** Bande annonce


Un Romeo et Juliette des temps modernes (Coeurs purs )

mercredi 19 septembre 2018 par Georges.J
Un Romeo et Juliette des temps modernes

« Cœurs purs, le titre du film de Roberto de Paolis, s’écrit au pluriel. Un nombre qui désigne et que partagent les deux héros de cette romance romaine qui franchit les idées reçues et les clivages sociaux » dit le dossier de presse. Je n’ai pas vu ce film, mais j’en ai entendu parler et si j’en crois la critique, ce film j’ai bien envie de le voir, je me propose d’en faire un petit tour de ce que j’en ai lu, en quelques phrases :

« Cœurs purs s’inscrit dans la même veine sociale que A Ciambra et L’Intrusa mais, comme eux, s’échappe assez rapidement des rails de la chronique pour épouser, avec beaucoup de tact et de douceur, l’intimité d’une jeunesse prise entre divers feux ». (Vincent Malausa- Les cahiers du Cinéma)

« Un parcours initiatique et personnel vécu par un jeune couple d’amoureux, dont les actions révéleront petit à petit leur grandeur d’âme. Tout en pudeur et en sensibilité, le premier long-métrage de Roberto De Paolis développe une love story contrariée avec un parti pris documentaire. » ( Cuori Puri- Critikat)

« Sans jamais porter de jugement, Paolis se veut observateur, presque en ethnologue dans la démarche. Il cale le rapprochement de chaque séquence ou plans réalisés avec son sujet tout en donnant l’impression d’une grande liberté au tournage. La mise en scène est nerveuse et ne laisse guère de répit ni aux protagonistes ni aux spectateurs. Il s’y trouve une exigence qui se rapproche de l’urgence. A tout moment la situation peut détoner, le drame étant constamment à portée de vue ». (F.Langueur -Sens Critique)

JPEG - 12.6 ko
Sélène Camarazza

« Pour son premier long-métrage, Roberto de Paolis signe un Romeo et Juliette des temps modernes, intense, tendu, à fleur de peau. Il filme aussi bien les battements de cœur qui s’accélèrent que les milieux sociaux aux antipodes dont sont issus ses personnages. » (Thierry Chèze -Première)

« C’est tout l’intérêt du film, en dépit de ses bons sentiments, de montrer les ambivalences de chacun, les parts d’ombre comme de lumière. Pour cela, les deux interprètes que le cinéaste ne se lasse pas d’observer, de sonder et d’exalter sont formidables. Elle (Selene Caramazza), souvent indéchiffrable, lui (Simone Liberati),

JPEG - 12.5 ko
Simone Liberati

d’une force rassurante malgré sa fébrilité. Toujours justes l’un et l’autre, dans des situations de conflit comme de con­corde, ils forment un beau couple à la fois pur et sexué, assorti dans la volupté de vivre. » (Jacques Morice- Télérama)

« Au premier abord, Cœurs purs, présenté à la Quinzaine des réalisateurs, donne le sentiment de voir le cinéma italien une nouvelle fois englué dans la chronique sociale un peu terne qui peine à faire surgir l’imaginaire. Mais subtilement le film échappe aux écueils du genre qui s’effacent devant ce coup de foudre naissant. Le romantisme échevelé et la sensualité débordante de certaines scènes et des deux acteurs parviennent finalement à exploser les limites parfois étriquées du petit film réaliste et l’emmènent ailleurs, vers le récit d’un amour fou qui fait désordre. » (Murielle Joudet- Le Monde)

« De Paolis capte avec plus d’ardeur les tensions qui séparent - et connectent aussi parfois - ces communautés, sans chichi ni mélo imposé, comme ces deux regards qui, au crépuscule du film, se défient et arrivent à dire, in fine, bien plus qu’une scène régie par un baiser prolongé. » (Jeremie Piette Culture-next Libération)

Les deux protagonistes sont Sélène Camarazza interpète Agnèse et Simone Liberati, Stéfano. Deux jeunes acteurs encore peu connus jusqu’alors et qui semble-t-il commencent bien leur carrière.

Si j’ai bien compris une histoire d’amour improbable entre un gardien de parking et une chaste petite bourgeoise catholique et romaine, Les histoires d’amours improbables, ce sont les meilleures. Et aussi, j’ai bien lu qu’il y a une trame sociale plutôt bien documentée, dense et réaliste. J’ai aussi lu que De Paolis, prenait des risques dans sa manière de faire travailler ses acteurs et de les filmer en mouvements et expressions improvisés, donc l’esthétique doit être intéressante. Au total, ça me va, et j’espère qu’il en est de même pour vous.



Bande-annonce (Coeurs purs )

samedi 18 août 2018 par Cramés