LES CRAMÉS DE LA BOBINE
Accueil > Les films que nous avons programmés > Sofia > Sofia

Sofia

Articles de cette rubrique


Sofia (Sofia)

jeudi 25 octobre 2018 par Cramés
Film précédentFilm suivant
Valois du scénario au Festival du film francophone d’Angoulême 2018
Prix du scénario au Festival de Cannes dans la section Un Certain Regard

Pour agrandir cliquer sur l’image

Du 25 au 30 octobre 2018
Soirée débat mardi 30 à 20h30

Présenté par Marie-Annick Laperle

Autres séances le jeudi, dimanche et mardi après-midi


Film marocain (vo, septembre 2018, 1h25) de Meryem Benm’Barek avec Maha Alemi et Lubna Azabal, Sarah Perles

Distributeur : Memento Films

Synopsis : Sofia, 20 ans, vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. L’hôpital lui laisse 24h pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités…

Article de Marie-Annick *** Dossier de presse *** Bande annonce
BO France : 81000



Vingt-quatre heures pour retrouver le père (Sofia)

vendredi 26 octobre 2018 par Marie-Annick

Cette semaine, Les Cramés de la Bobine présentent « Sofia », un film marocain de Meyriem Benm’ Barek, primé à Angoulême et à Cannes où il a reçu le prix du meilleur scénario dans la catégorie Un Certain Regard..
Sofia, vingt ans vit à Casablanca chez ses parents. Le spectateur la découvre au cours d’une réunion familiale qui se tient chez eux. A la suite d’un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage et risque une peine d’emprisonnement de plusieurs mois.L’hôpital lui laisse vingt-quatre heures pour retrouver le père, avant d’avertir les autorités.
Le spectateur est d’emblée embarqué dans une histoire où Sofia est montrée comme la victime innocente du sexisme, des institutions et des coutumes du Maroc. Mais sous le couvert de s’intéresser à la condition de la femme au Maroc, le film dresse un portrait âpre et direct d’un pays en proie à une fracture sociale sévère.
La force du film réside en partie dans le ressort dramatique qui se détend aux trois quarts du film. La réalisatrice invite alors à regarder une situation à la fois marocaine et universelle, en changeant de point de vue, explorant la frontière entre les classes sociales, avec force et lucidité.



Bande annonce (Sofia)

vendredi 21 septembre 2018 par Cramés